Le numérique, une démarche agile ? #bibcampABF2015 12 juin 14h30 Strasbourg

L’ABF (Association des Bibliothécaires de France) organise lors de son congrès de Strasbourg, un bibcamp qui aura pour thème : Le numérique une démarche agile ?

EZrlRi05 100002010000012C000000D5D889013B100002010000012C000000D5D889013B

Nous pourrons  interroger et échanger avec les initiateurs de quatre projets numériques réalisés en bibliothèque ou ailleurs : deux bibliothécaires , un écrivain de littérature fantastique et de sf et un conteur.

Les quatre projets sont : GUPIX – ORCHESTRONIQUE – Il Y A DES PORTES – LE NAURNE

Il aura lieu le vendredi 12 juin de 14h30 à 16H30

Livetweet sur @Bibcamp2015

.

Pour s’inscrire :

être inscrit au Congrès et confirmer sa participation au bibcamp sur info@abf.asso.fr

.

Qu’est-ce qu’un « bibcamp » ?

C’est un temps d’échanges de savoirs et de pratiques organisée sous forme d’ateliers.

Inspirés des « Camps » organisés par différents secteurs de la société pour échanger librement et de façon concrète sur des thématiques particulières ou des questions de société plus larges dans le but de confronter réflexion et réalisation sur un temps très concentré, les Bibcamp réunissant des acteurs des bibliothèques depuis quelques années en Allemagne, au Pays-Bas et au Royaume-Uni notamment. Il en existe en France puis 1991, organisés principalement dans des universités.

.

Comment se déroulera ce bibcamp ?

Le bibcamp se déroulera comme suit : les 70 personnes inscrites au maximum seront réparties en 4 groupes de 17/18 personnes. Chaque groupe sera dédié à la présentation d’un projet. Toutes les 20 minutes, un signal sonore fera tourner les groupes vers un autre projet.

La présentation sera simple : pas de powerpoint mais une présentation de 5 minutes du projet par l’intervenant et ensuite une discussion à bâtons rompus.

Chaque groupe sera identifié par un cercle de chaises, pour permettre avant tout les échanges entre les participants, les rebondissements vivants de questions en questions.

« Le numérique une démarche agile ? » Pourquoi ce titre ?

« Ce qui caractérise les démarches agiles c’est qu’elles mettent toutes à la base de leur réflexion ce que Christian Fauré appelle le principe d’ignorance : on ne sait pas ce exactement et dans le détail ce que l’on va faire ni ce qu’il faut faire, mais le fait de le savoir et de le poser comme postulat de départ prend le contre-pied des démarches descriptives, planificatrices et séquentielles. »

triangle agile christian fauré

« L’Agilité c’est : comment travailler dans l’incertitude et dans l’ignorance (celle des évolutions technologiques, des nouvelles pratiques de nos usagers…). »

« Une des premières conséquence du principe d’ignorance est la valorisation des essais et des erreurs, via des démarches expérimentales et des logiques de prototypage. »

Les bibliothèques publiques, aujourd’hui, expérimentent ou tentent d’expérimenter de nouvelles pratiques et de nouveaux usages induits par la mutation numérique. Pas seulement pour être de leur temps, mais aussi parce qu’elles comprennent bien que certaines pratiques de nos publics ont changé, ceux-là souhaitant être plus actifs, ceux-ci  souhaitant participer, être davantage dans une co-construction…

Si la méthode des démarches agiles semblent bien convenir au développement de projets informatiques,  celle-ci a t-elle une réelle chance de se développer dans le cadre très contraint de la bibliothèque ou de la fonction publique ? Ne sont-elles pas sources de nouvelles tensions ?

Avec le numérique en bibliothèque, les remarques des professionnels trouve régulièrement un écho à cette phrase : « on ne sait pas exactement et dans le détail ce que l’on va faire ni ce qu’il faut faire ».

Le numérique est-il un simple changement de nom, une évolution naturelle de nos ateliers informatiques multimédia ? Ou bien va-t-il transformer la manière dont nous allons donner accès aux sources du savoir et de la connaissance, la manière dont nous allons transmettre  et dialoguer avec nos publics devenus plus exigeants ?

Quelles articulations imaginer entre les forces réelles de la bibliothèque publique et les nouvelles pratiques qui sont en plein essor au sein de la société ?

Dans les projets que nous allons vous présenter, on est à chaque fois entre de la pure action culturelle, de la médiation numérique et de la co-construction, le participatif ou le partage sans réellement savoir quelle est la partie qui l’emporte.

.

On pourrait se demander si finalement le plus important  n’est pas plutôt le chemin qui conduit ensemble à une réalisation concrète que le but que l’on s’est fixé (créer une histoire, donner un concert).

Ne serait-ce pas alors la prise en compte de la dimension du temps passé ensemble qui prendrait la première place plutôt que la simple consommation d’un produit culturel et son inscription dans la programmation mensuelle de la bibliothèque ?

Une autre manière alors de développer davantage ce modèle de la bibliothèque en vogue aujourd’hui : celui du troisième lieu, lieu facilitateur de sociabilités ? Utopique ?

A vous de juger… en venant échanger avec nos intervenants…

Franck Queyraud (Médiathèques de Strasbourg) et Jessica Maisonneuve (BM de Belfort)